This website is best viewed in minimum 1210px X 520px

La visite de Jean-Paul II en Égypte

Les rues noires de monde dirigent un cortège infini de cœurs pleins d'espoir vers l'une des rues les plus animées du pays. Les véhicules ralentissent pour passer à une vitesse d'escargot le long du monument aux morts du 6 octobre, un tribut à l'ultime sacrifice accompli pour la paix, avant de déposer leurs passagers à l'entrée du stade du Caire. C'était le 24 février 2000. Plus de 20 000 musulmans et chrétiens ont affronté de terribles embouteillages, des contrôles de sécurité exhaustifs et des files d'attente décourageantes pour prendre part au jubilé emblématique conduit par le pape Jean-Paul II au Caire, en Égypte. « Nous ne nous connaissons pas suffisamment les uns les autres : trouvons donc des chemins de rencontres » : tel était l'admirable message résumant sa visite. Parmi les musulmans présents figuraient l'ex-président Hosni Moubarak, qui salua le pape et appela d'urgence à l'unité par-delà les confessions et les frontières. En outre, le pape Jean-Paul II tint un office de prière dans la cathédrale et rendit visite à un clerc musulman influent, le cheikh Tantaoui de l'université al-Azhar, pour s'entretenir avec lui sur ce sujet. « Le pape est un homme intelligent plein de sagesse, qui défend la paix, l'amour et les valeurs morales », aurait indiqué Tantaoui, selon des propos cités par un communiqué du Vatican. Suite à ce rassemblement, des répercussions positives commencèrent à s'observer chez les dirigeants de la nation égyptienne, dans leur lutte contre la terreur et les conflits, et se répandirent même au-delà de la Méditerranée, lançant un appel international à la paix et à la concorde des peuples. Un appel qui a fait mouche. En réponse à une invitation du président Abdel Fattah al-Sissi, des évêques catholiques d'Égypte, du patriarche orthodoxe copte Tawadros II et du grand imam de l'université al-Azhar, Ahmed el-Tayeb, « le pape François effectuera un voyage apostolique dans la république arabe d'Égypte », a annoncé le Vatican le 18 mars dernier. Les détails sur ce séjour au Caire, d'une durée de deux jours, seront publiés prochainement. Déjà, en mai 2016, Ahmed el-Tayeb avait été reçu par le pape François au Vatican dans le cadre d'une rencontre historique. « Je crois qu'il n'est pas juste d'identifier l'islam avec la violence, avait indiqué le pape aux journaliste. Ce n'est pas juste et ce n'est pas vrai. » Reconnu pour son empathie et son profond engagement envers le dialogue interconfessionnel, le pape François est une force d'harmonie dans un monde assailli de discordes. Et sa visite en Égypte aidera incontestablement à rapprocher les peuples.