This website is best viewed in minimum 1210px X 520px

La ville d'Edfou

La ville d'Edfou, située en Haute-Égypte sur la rive ouest du Nil, était dans les temps anciens une cité grecque prospère, communément appelée Apollinopolis Magna en honneur au grand dieu Horus-Apollo. Aujourd'hui, ce lieu pétri d'histoire a des allures de village grouillant de petits commerces et d'habitants chaleureux, qui produisent du sucre de canne et qui excellent dans la fabrication de terre cuite décorative.

Mais l'attraction principale de la ville, qui attire aussi bien les voyageurs que les touristes, c'est le temple d'Horus, considéré comme le temple le mieux préservé d'Égypte. Ses origines remontent à l'époque ptolémaïque, entre 237 et 57 AEC, période à laquelle la construction a débuté pour s'achever plus tard, après plusieurs rajouts. Le temple d'Horus tel qu'il se présente aujourd'hui est le résultat de 180 années de travaux de construction, de rajouts et d'inscriptions.

Ce temple dédié au dieu faucon Horus comporte à la fois des caractéristiques propres aux temples égyptiens et des éléments relevant de l'architecture grecque. Au cours de votre visite dans le temple d'Horus, vous passerez par une entrée, une cour, une chapelle avec des inscriptions pittoresques sur ses murs décrivant la naissance d’Horus l'Enfant et d'autres divinités en lien avec cette grossesse et naissance. À l'entrée du temple se dresse un pylône décoré de scènes de batailles qui mesure 37 m, soit le plus haut pylône toujours sur pied en Égypte. Juste un peu plus loin se trouve une cour ouverte, dans laquelle les gens venaient autrefois poser des offrandes au pied de la statue d'Horus. Cette cour est bordée de colonnes gravées de représentations florales sur trois côtés seulement. En continuant votre chemin, vous découvrirez la salle hypostyle, la salle hypostyle intérieure et deux vestibules successifs, chacun orné de représentations diverses (batailles, divinités, mariages ou offrandes).

Le temple d'Horus revêt une importance incommensurable. Les archéologues et historiens en ont tiré une mine d'informations sur la langue, la religion et le mode de vie pratiqués au cours de cette période de l'Égypte antique.