La lanterne, symbole magique du mois saint

Ajouté le mai 13, 2018

Le mois du Ramadan est arrivé ! Figurant parmi les principaux rituels observés par les Musulmans du monde entier, ce mois se traduit par une période où les Musulmans s’abstiennent totalement de manger, boire et fumer de l’aube au crépuscule.

Les Égyptiens célèbrent ce mois unique au caractère religieux, moral et spirituel en y ajoutent une touche festive.

Notamment avec la lanterne du Ramadan, « fanous » en arabe, l’une des caractéristiques et pratiques culturelles les plus emblématiques du mois saint en Égypte.

En accord avec la tradition populaire, les rues, les maisons, les souks et les bureaux sont illuminés et décorés avec des lanternes colorées qui créent une atmosphère magique exceptionnelle, associant harmonieusement lumières et couleurs.

Mais d’où vient cette tradition ?

Entre -362 et 972, alors que les Fatimides régnaient sur l’Égypte, le calife Al-Muizz li-Dîn Allah arriva aux abords du Caire le 15ème jour du Ramadan, dans l’intention de faire de cette ville la capitale du pays.

Le chef militaire de l’époque, répondant au nom de Jawhar al-Siqilli, demanda aux résidents de la ville de tenir des bougies allumées pour que le chemin soit éclairé à l’arrivée du calife.

 Les familles honorèrent le défilé du calife une lanterne à la main, pour éviter que la flamme de leur bougie ne s’éteigne, et le calife nouvellement sacré en resta admiratif.

Une autre histoire fait référence au calife al-Hakim bi Amr-Allah (996 - 1021), qui ordonna aux femmes, pour des raisons de sécurité, de ne pas sortir la nuit à moins d’être escortées d'un garçon marchant à quelques pas devant, une lanterne à la main.

Il ordonna également que des lanternes soient accrochées à l’entrée des quartiers, mosquées et rues, infligeant des sanctions à ceux qui désobéissaient au règlement.

Depuis ce temps-là, les enfants continuent de sortir avec leur lanterne au moment du Ramadan, en entonnant les vers du chant « wahawi ya wahwai » composé en dialecte arabe égyptien. Les paroles de ce chant viennent de la langue égyptienne antique et signifient « salutations à la lune ».

De nos jours, les formes, tailles et couleurs des lanternes se sont diversifiées. Mais vous trouverez encore sur le marché des lanternes en métal et verre colorées réalisées à la main selon le style antique, offrant un somptueux mélange entre le folklore égyptien et le design islamique.

Aujourd’hui, nombre de boutiques proposent aussi des lanternes en plastique de conception moderne, représentant des personnages populaires chez les enfants et diffusant des chansons traditionnelles du Ramadan.